Albert Camus, des moralistes à la philosophie et à la philosophie politique

15,00

Parmi toutes ces communications de qualité aux Journées de 2016, celle de Françoise Kleltz-Drapeau trouve une troublante résonance avec l’actualité quatre ans plus tard : la figure du médecin chez Camus : un exemple pour penser l’éthique médicale dans notre société.

Description

Auteur : Rencontres méditerranéennes Albert Camus
130 pages
ISBN : 978-2-490638-08-6
Format : 15 x 23 cm
Date parution : 2021
Prix : 15 euros

« Albert Camus : des moralistes à la philosophie et à la philosophie politique »… Thématique très dense, diront certains, et ils auront raison : devant l’état actuel du monde, il nous est nécessaire de fixer des repères dignes de nous-mêmes, ceux qui précisent notre engagement dans le siècle et nous aident à le vivre et à le réaliser : la morale non moralisatrice, la philosophie non abstraite (qui est amour du savoir et de la sagesse), la philosophie politique non politicienne ou politicarde (oui, cela existe !), ce qu’Albert Camus n’a cessé de dire, d’écrire, de défendre et de vivre.
Et si, en plus de dire « Camus a raison », ce dont nous ne doutons pas mais qui, à notre niveau, relèverait de la seule constatation — et parfois du satisfecit personnel —, on disait aussi : « Camus avait conscience de », position ouverte, généreuse et difficile, mais pas insurmontable pour un être humain responsable de lui-même devant lui-même et devant les autres ? « Peu de gens comprennent qu’il y a un refus qui n’a rien de commun avec le renoncement », écrivait Albert Camus. Ce serait alors l’ardente nécessité (aux sens philosophique et politique du terme) de prendre nous aussi conscience du monde qui nous entoure, auquel nous nous devons de participer, et d’agir, dans le sens ­qu’Albert Camus a toujours défendu.

Jean-Louis Meunier, Avant-propos, p. 9-10.
Laurent Bove, Vauvenargues et Camus, pascaliens de la « seconde nature », p. 11-27
Raphael Luiz De Araújo, Morale et révolte : une expérience brésilienne, p. 29-44
Guy Basset, Au tournant de L’Homme révolté, p. 45-67
Marylin Maeso, Le sens de l’histoire : Camus critique de Merleau-Ponty, p. 69-85
Anne Prouteau, Camus l’immoraliste à travers ses Carnets, p. 87-97
Françoise Kleltz-Drapeau Le médecin chez Camus : une figure « modèle » de la Pensée de midi. Un exemple pour penser l’éthique médicale dans notre société, p. 99-124

D’après l’avant-propos de Jean-Louis Meunier.

Informations complémentaires

Dimensions 15 × 23 × 1 cm

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Albert Camus, des moralistes à la philosophie et à la philosophie politique”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…