Essais (1)
  • Les Journées internationales Camus 2015 sont consacrées à « Albert Camus ; le cycle inachevé : le cycle de l’amour ». Troisième cycle dans l’œuvre de Camus, après ceux de l’absurde et de la révolte, il représente la cohérence voulue dans la succession des écrits, et il propose au lecteur de l’œuvre entier, après la mort tragique de Camus, un retour sur soi par l’écrivain vers un accomplissement de la pensée et de l’écriture, au service des combats, dont la justice et la liberté. Accomplissement situé en particulier dans Le Premier Homme, roman fondamental pour l’abord de l’œuvre de Camus. 

    Ce n’est pas un aboutissement, mot chargé de finitude, de fermeture, c’est un accomplissement qui inscrit ce cycle dans une perspective large, au sein de l’œuvre de Camus, et qui traduit certes la fin terrestre d’un parcours de vie, de pensée, d’action, en un mot : d’engagement dans ses multiples formes. Mais la porte est ouverte : en effet, ce qu’a défendu l’être humain Albert dans l’écrivain Camus permet au lecteur de tout simplement lire, mais surtout de réfléchir sur ce qu’il est et de se demander ce qui peut et doit pour lui aussi, en toute liberté, l’obliger à se montrer responsable dans le quotidien de sa vie, en toute intégrité. C’est ardu, mais pas impossible, et les bouleversements du xxe siècle donnent à Camus et à son œuvre une force altruiste sans limites, ni personnelles ni temporelles.

    D’après l’avant-propos de Jean-Louis Meunier.